fbpx

Témoignage de Laurane

Un parcours long, compliqué et douloureux… mais pas que !

.

« J’ai rencontré celui qui allait devenir mon amoureux en novembre 2006, nous nous entendions très bien, il est tout de suite devenu un ami. En mai 2009, nous nous sommes rendus à l’évidence… L’amour était là et depuis, nous sommes inséparables !

L’idée de fonder une famille s’est assez vite installée. Mais voilà, on était jeunes (j’avais 19 ans), j’allais commencer des études pour devenir institutrice et nous n’avions pas de maison.

Dans le courant de l’année 2015, l’envie de former une famille est devenue très forte et nous nous sentions prêts.

.

1er janvier 2016 : nous avons décidé, comme pour bien commencer l’année, d’arrêter ma contraception. Nous allions fonder notre famille !! Mais voilà, tout ne se passe pas comme prévu… Les mois passent et toujours pas de bébé en vue.

.

2017 : je décide de consulter un gynécologue en avril, soit 1 an 1/2 après notre décision de faire un bébé. Il me diagnostique des kystes endométriotiques. Opération en juin, il me retire 5 kystes de la taille d’une boule de billard.

J’ai mal, j’encaisse. Cette opération va certainement nous aider dans notre désir d’avoir un enfant.

Tout s’enchaîne. Il m’annonce que mon corps est bien abîmé, il faut passer par une FIV. Je commence les piqûres en août. Nous avions 6 embryons top qualité, ce qui n’est pas mal du tout.

Premier transfert début septembre, c’est négatif !

Deuxième transfert, grossesse biochimique !

Il me reste encore un embryon (les autres n’ont pas pu être congelés), encore et toujours négatif !

.

2018 : on enchaîne en janvier avec une deuxième FIV. Je suis fatiguée, mais je me dis que c’est peut-être la bonne… On ponctionne quelques ovocytes et des kystes d’endométriose (comme ça on évite une nouvelle opération). Transfert fin janvier, prise de sang le 14 février, le jour de la fête des amoureux et c’est positif, le taux est très bon.

On y croit enfin ! Je suis enceinte !

Je me dis que finalement, ce n’était pas si compliqué, seulement 2 FIV et 4 transferts, c’était presque du gâteau. Les visites chez le gynécologue se passent bien, on entend même le cœur.

Sauf que non… Je perds du sang le 20 mars. On me fait un curetage le 21.

Mon bébé est mort dans mon ventre. J’ai le cœur en miettes. Je suis certaine que je ne pourrai jamais m’en relever. On prend un mois ou deux pour se relever et on recommence.

La 3e stimulation ne donne que 3 ovocytes. On a la chance que les 3 soient fécondés. Mais là encore, c’est négatif, toujours négatif !

Je n’en peux plus. Je tombe dans une profonde dépression. Je ne vois pas le bout du tunnel. Mon gynécologue me dit qu’il ne peut rien faire de plus, il me propose même de me lancer dans une procédure d’adoption. Je suis anéantie…

.

2019 : avec mon chéri, on décide de changer de gynécologue. On nous conseille une jeune femme.

Le premier rendez-vous se passe super bien. Elle nous prescrit tout un tas d’examens supplémentaires. Nous commençons les injections pour la FIV 4. J’ai bon espoir.

Premier et deuxième transfert : négatifs… Encore.

Le troisième est le dernier, il n’y a plus d’embryon congelé après…

.

Transfert le 5 juillet 2019, prise de sang le 15 : je suis enceinte !!

Notre petite fille est née le 27 mars 2020. Elle me comble de bonheur ! »

.

Merci Laurane pour nous avoir raconté ton parcours, certes pas facile, mais plein d’amour et qui finit par triompher !

.

Appel à témoins

Si vous aussi vous souhaitez raconter votre histoire, vos expériences, vos parcours parsemés d’embûches ou pas, n’hésitez pas à me contacter par mail à l’adresse suivante : contact@iwantababy.fr

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cookie notice from Real Cookie Banner